• (243) Exploration

    Je ne pensais pas que Jennyfer parviendrait à me convaincre.
    Jusqu'à ce que je reçoive les résultats de la polysomnographie. Avec une convocation du médecin en charge des analyses. Selon lui, les résultats étaient si aberrants qu'il se demandait si les appareils de mesure n'étaient pas défectueux. Il me soupçonna même d'avoir fait le con dans le but de fausser les mesures.

    L'étude des courbes enregistrées pendant mon sommeil semblaient indiquer que je ne dormais jamais.
    Pour élucider ce mystère, je devais refaire le test, puis selon les résultats, passer une IRM.

    Et la prochaine étape c'est quoi, la lobotomie?
    Alors, au point où j'en suis, pourquoi pas tenter une exploration qui ne nécessite pas de m'ouvrir le crâne...

    Je ne pensais pas qu'il accepterait de faire cette séance d'hypnose.
    Même sans lui dire que l'idée ne venait pas de moi.

    Mais finalement nous y voilà. Et il a demandé à la thérapeute que j'assiste à la séance. Quand elle a vu son air passablement stressé, elle a admis que ma présence l'aiderait peut-être à se calmer.
    Avant de commencer, Silvère a expliqué ses problèmes, l'amnésie, les terreurs nocturnes, le harcèlement...
    La thérapeute précise :
    -Vous savez, l'hypnose ce n'est pas comme dans les films, on ne retrouve pas la mémoire comme on se passerait une cassette vidéo. Il se peut que la réalité soit déformée, imagée.

    La séance débute. Silvère me lance un regard anxieux. Je lui souris pour l'encourager. Il ferme les yeux. Ses mains sont un peu crispées sur les accoudoirs du fauteuil.

    -Respirez profondément. Votre corps est lourd, votre esprit est léger. Respirez lentement. Nous allons voyager dans votre esprit. À la fin de ce voyage, vous vous souviendrez de tout. Imaginez-vous dans une salle d'attente, plongée dans l'obscurité. Devant vous, à quelques pas, vous voyez de la lumière filtrer derrière une porte close. Quand vous vous sentirez prêt, levez-vous et marchez vers cette porte. Saisissez la poignée. De l'autre côté de cette porte se trouve Aïna. Avec sa robe blanche, ses cheveux lavandes, et tout ce qu'elle signifie pour vous. Ouvrez la porte, et décrivez-moi ce que vous voyez.

    -Je... suis... Sur Hyperoxys.
    -Silvère, quel est cet endroit? Décrivez-le.
    -Je suis dans une plaine.. L'herbe est bleue. Je vois une forêt, plus loin. Bleue aussi. C'est là que je viens. Toute les nuits.
    -Et que faites-vous lorsque vous venez ici?
    -Je rencontre Aïna. On parle. Mais elle m'empêche de m'en souvenir quand je me réveille.
    -Que s'est-il passé la dernière fois que vous avez vu Aïna?
    -On s'est disputé. J'ai voulu la tuer.
    -Pourquoi vouliez-vous la tuer?
    -Parce qu'elle m'empêche de comprendre ce qui m'arrive.
    -Et l'avez-vous tuée?
    -Non, elle s'est enfuie. Et je me suis perdu dans la forêt.

     

    Je suis fascinée par la clarté de ses réponses. Elles sont si cohérentes, dans une logique si hermétique!


    -Aujourd'hui vous avez le contrôle, vous ne perdrez pas votre chemin, et vous vous souviendrez de tout. Entrez dans la forêt, décrivez-moi ce que vous voyez.
    -Je vois... une cabane d'enfant. Il y a des jouets par terre, une poupée de chiffon. Un dessin sur un mur.
    -Silvère, que représentent ce dessin?
    -Un garçon, une fille, ils prient. Au milieu, il y a un ange. Non, c'est...

    Mais qu'est-ce qu'ils font?? Silvère n'est ni éveillé ni endormi... Je ne peux pas l'arrêter, je n'ai aucune prise sur lui. Comme s'il y avait un mur invisible entre nous.

    La thérapeute ponctue de discrets "mh mh" chaque nouvelle phrase de Silvère, pour lui rappeler sa présence. Soudain il se tait et fronce les sourcils. Il ouvre les yeux lentement. Il regarde autour de lui, il me regarde mais ne dis rien. Il serait réveillé? La thérapeute reste immobile et silencieuse. Je retiens mon souffle.

    -Silvère, qui est le personnage au milieu du dessin?

    Il referme les yeux, son visage se détend. Je respire.

    -La poupée de chiffon... C'est elle sur le dessin.
    -Silvère, le garçon et la fille du dessin, vous les connaissez?
    -Le garçon, c'est moi.
    -Et la fille, Silvère, qui est-elle?
    -C'est "L".
    -Vous voulez dire que la fille est la poupée?
    -Non. La poupée, c'est l'ange sur le dessin.

    La thérapeute marque une pause et réfléchit.

    -Silvère, est-ce que la poupée appartient à la fille sur le dessin?
    -Oui.
    -Silvère, comment s'appelle la fille sur le dessin?
    -Maman m'a dit d'utiliser les couleurs qui me restaient. Alors j'ai fait l'herbe et les arbres en bleu.

    Houlà, ça devient décousu comme conversation... Pourquoi se met-il à parler de sa mère, soudainement?
    La thérapeute essaie de garder le fil conducteur.

     

    -Silvère, la fille sur le dessin est votre mère?
    -Non... C'est "L".
    -Elle? Est-ce votre mère, ou une autre personne?  Silvère, comment s'appelle la fille sur le dessin?

    J'avais dit à Silvère que je n'interviendrai plus. Mais je ne peux pas les laisser continuer.

    -
    C'est "L".

    Bon sang mais c'est QUI, "Elle"?? Jusqu'à présent ça marchait bien, et d'un seul coup il bute sur un simple prénom, ça rime à quoi? Il a comme "zappé" sur une autre chaîne. Son visage est tendu, il semble lutter en lui-même. La thérapeute se mord la lèvre. Elle hésite à poser LA question, de peur d'orienter les réponses de Silvère, mais je crois qu'on n'a plus trop le choix.

    -"Elle", vous voulez dire Aïna?
    -Non, pas Aïna … Je ne voulais pas lui faire de mal... Je voulais seulement qu'on reste ensemble pour toujours...

    La thérapeute biaise et reformule sa question plusieurs fois, tentant vainement de lui tirer les vers du nez. Silvère affiche une expression de plus en plus renfrognée. Et tout à coup, le voilà qui se dresse comme un diable à ressort...

    -
    ARRÊTEZ!! LAISSEZ-LE!!

    La thérapeute a bondit dans son fauteuil, l'air terrorisé. À côté d'elle, Jen aussi est médusée. Qu'est-ce que j'ai dit pour les choquer à ce point?

    Débriefing. On se passe l'enregistrement de la séance. Je ne comprends pas encore tout ce que j'ai dis. C'est comme si je jouais à un jeu inconnu, en utilisant une sauvegarde de partie entamée par un autre. J'ai pas encore les idées claires, mais la thérapeute dit que ça va se mettre en place petit à petit, enfin peut-être. Je m'entends crier à la fin de l'enregistrement. Je me souviens vraiment de tout ce que j'ai dit sous hypnose, sauf d'avoir crié avant de me réveiller.

    À contrecœur et avec beaucoup de précautions, la thérapeute avance une hypothèse.


    "Trouble de la personnalité multiple".

    suivant.jpg

    « My beautiful laundrette23h de plus »

  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Mars 2013 à 14:04
    :) ça faisait longtemps :) comme ça fait plaisir d'avoir des nouvelles de Sylvère et Jen.
    2
    Samedi 16 Mars 2013 à 14:49

    oui ça commence à dater hein? pfff j'ai plus une minute à moiiiiiiii ...

    3
    Dimanche 17 Mars 2013 à 12:36
    Extra, très bon, vraiment. Je te cache pas que, comme tout le monde je présume, les fois où c'est que du texte j'ai toujours un peu du mal à m'y mettre mais une fois qu'on y est ça se lit tout seul. Cette impression d'en découvrir un peu plus sans que ce soit vraiment le cas, et puis on ne sait jamais à quel niveau ça parle, la réalité où la folie ? enfin là ça pourrait à la rigueur se voir comme un souvenir arrangé par la fantasmagorie enfantine mais... y'a quand même un doute croissant...
    Et puis le coup du L me rappelle le chapitre XI d'Alice au Pays des merveilles : "Voyez-vous, Votre Majesté, dans cette histoire-là, tout commence par le thé, expliqua le Chapelier.
    - Bien sûr que tout commence par un t, répliqua sèchement le Roi."
    4
    666
    Dimanche 17 Mars 2013 à 12:47
    Oui, un vrai plaisir que de les retrouver et de chercher avec Sylvère les raisons de ses insomnies, de ses trous de mémoire, de tout ceci.
    Même sans dessin pour illustrer ce passage, on voit s'animer les personnages sous nos yeux grâce à tes descriptions de la scène.
    Du grand art.
    5
    Dimanche 17 Mars 2013 à 21:36

    merci. ce chapitre c'était un peu un challenge, un vrai merdier aussi à mettre en place^^

    6
    Dimanche 17 Mars 2013 à 21:37

    j'ai eu l'impression d'être assez radin en description, mais j'avais aussi besoin d'aller à l'essentiel, c'était pas évident!

    7
    Lundi 18 Mars 2013 à 18:21
    J'aime toujours autant, c'est très bien écrit et le suspense tout aussi captivant qu'au début, et pourtant on avance ... ! Tu es un super conteur mine de rien, quel scénario de malade tu as mis en place ! Respect c'est vraiment génial et tellement bien mené, y'a du boulot et ça se voit ^^
    Courage pour la suite :B
    8
    Lundi 18 Mars 2013 à 21:21

    merci Mlice :) ♥

    9
    Mardi 19 Mars 2013 à 16:28
    Je n'est pas pu m'empecher de lire, ça me donne envie de vite lire les 150 chapitres que j'ai en retard.
    10
    Mercredi 20 Mars 2013 à 20:28

    ben fais-toi plaisir!^^

    11
    Mercredi 27 Mars 2013 à 18:31

    tu devrais t'inscrire à la newslettre ça t'éviterait de passer pou rien ^^

    12
    Jeudi 28 Mars 2013 à 23:19

    arrête de boire avant de venir poster sur mon blog^^

    13
    fonfon
    Jeudi 18 Avril 2013 à 16:16
    Raaaaah ! Je viens toutes les semaines sur ce blog et enfin ya du nouveau !
    Je suis si content.
    Eh bin dis donc, avoir un gosse ça te prend pas mal de temps on dirait !
    Brave papa !
    14
    bak47
    Jeudi 18 Avril 2013 à 16:16
    Ca fait plaisir de lire un nouveau chapitre. Très bien écrit.

    Bonne continuation.

    Pour info, j'utilise un lecteur RSS pour être mit au courant des nouveaux chapitres
    15
    seleine
    Jeudi 18 Avril 2013 à 16:16
    ^^ comme dirait la grand mère de Thierry : "petit a petit, l'oiseau fait son nid", ce à quoi l'auuutre grand mère réplique immanquablement : "oh ouiiii, Paris ne s'est pas fait en un jour"....

    (anecdotes dénuées d'intérêt, c'est juste que c'est tellement rare de pouvoir commenter par ici, que je voulais mettre plein de mots pour que ça dure un peu XD)

    Mais, on progresse, on progresse ... merci.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :