• (3) Deux

    Les couples sont légions sur Ysckemia. Une paladine et son paladin, une druidesse et son rôdeur, un chevalier maléfique et sa sorcière... Parfois aussi, des duos plus hétéroclites, genre une paladine qui s'amourache d'un fils de démon, façon Roméo et Juliette... Ils sont tous « amoureux », passionnés et romantiques, et préparent même des mariages, où je dois assurer le rôle du prêtre qui les unit pour le meilleur et pour le jeu. Chaque fois que l’un se connecte, sa moitié arrive peu de temps après, ils se donnent rendez vous pour se retrouver et vivre des aventures ensemble.


    -Ma promise s'est faite enlever!! Aux armes compagnons, partons vite la délivrer!!


    C’est sûr, ça donne matière à jouer, les idylles (c’est des bons clients), les autres joueurs se plaisent beaucoup à mettre en danger leur union ou au contraire les défendre…ça renforce la cohésion de groupe. Là où ça devient chiant, c'est quand ils se mettent à monopoliser toute l'attention, et qu'on ne peux plus rien faire sans devoir s'occuper des couples en péril. D'autant que c'est assez répétitif comme scénario. Et dans une mièvrerie écoeurante, ils renouvellent l’art de l’amour galant, se jurant fidélité sans faille dans un monde aussi palpable que la fumée de ma cigarette…




    Bon, j'admets. Moi aussi pendant un temps, j’ai eu ma copine virtuelle.
    En principe, en tant que maître de jeu, je ne suis pas sensé privilégier des joueurs au détriment des autres; on tâche d'être discret. On jouait les amoureux transis, qui affrontaient l’adversité côte à côte. Nos répliques s’imbriquaient parfaitement les unes dans les autres, totalement complémentaires. Chacun de nous répondait aux exigences de l’autre.







    C’est curieux d’avoir en face de soit une personne qui répond exactement ce que vous attendiez, qui réalise absolument tout vos fantasmes. Cette personne là ne vous décevra jamais, ne vous engueulera pas parce que vous ne rangez pas vos affaires, parce que vous n'avez pas fait la vaisselle… Vous ne vivrez jamais avec elle les affres du quotidien à deux, les factures à payer, les responsabilités…Dans la vie réelle, une personne comme ça n’existe pas, il est impossible de trouver quelqu’un qui sera toujours d’accord avec vous, qui prendra soin de vous de la meilleure façon qui soit… On espère toujours rencontrer cette perle rare, mais elle ne vit que dans notre esprit, et tant qu’on la laisse vivre, elle nous rend malheureux, incapable d’accepter le moindre écart de conduite de l’autre, le vrai «autre» vivant, qui fait ce qu’il peut…

    Cette pseudo relation a contribué au départ de Lise… C'était déjà branlant entre nous depuis un moment, mais quand j'ai commencé à "flirter" virtuellement, ça s'est détérioré de plus en plus vite. Je ne pouvais plus me passer de ce substitut sentimental, et Lise l'a compris. Et puis à la fin, je ne pouvais plus faire semblant. Faire semblant d'aimer Lise, faire semblant de ne pas prendre goût à l'amour virtuel. Les rêves et les plaisirs que me procurait ce petit cinéma ne me suffisait plus. J’avais terriblement besoin de savoir qui se cachait derrière le visage souriant et formaté de l’avatar…Pour pouvoir me dire que peut-être elle existait pour de bon, et que peut-être je pouvais lui plaire moi, Silvère, dans la vraie vie. Quand je lui ai proposé de se rencontrer, la réponse a été nette et cinglante.

    -Non mais où tu te crois toi? C’est pas un club de rencontre ici! Si t’es en manque de femme, va t’en chercher une, les sites de rencontres c'est pas fait pour les chiens!
    Cette enfoirée s'est plainte à la direction, et j'ai eu un blâme.
    On ne s’est plus reparlé. Quelques temps plus tard, ma partenaire de jeu a disparu de la circulation, peut-être craignant des représailles de ma part. De son côté Lise a quitté l'appartement... Au final, je ne sais même pas si ma moitié virtuelle était une vraie femme ou un homme…

    Maintenant, dès qu’une petite guerrière ou une ensorceleuse me fait de l’œil, je la remet à sa place tout de suite. De toute façon, je suis ici pour bosser.

     

    « (2) L'herbe virtuelle est toujours plus vertePin-up »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 12 Février 2006 à 19:12
    c'est pas grave, je me doutais que ça pouvait en rebuter certain. du reste, rien ne t'empêche de revenir plus tard si tu es en forme ;)
    2
    Mardi 14 Février 2006 à 19:58
    C'est vrai qu'il faut se méfier des ensorceleuses webiques mais moi, une vie sans fantasme et amours courtois me ferait le même effet que le récit de la vie de ma machine à laver... Oh yeah !
    Enfin, ce que j'en dis n'engage que moi !
    Sinon je te remercie pour le lien ! Je ne savais pas !
    Alice b.
    3
    Mardi 14 Février 2006 à 22:59

    c'est sur, une vie sans romantisme, c'est naze, mais faut voir les proportions que ça peut prendre...^^

    pour le lien, ça me fait plaisir ;)

    4
    Mardi 14 Février 2006 à 23:43
    C'est pas vraiment du romantisme dont je parle, en fait. C'est vrai que ces foutus "liens" peuvent donner du fil à retordre (MDLR) mais bon y'a pas mort d'homme (comme on dit chez moi !) Ouais, enfin faut toujours avoir à l'esprit que le virtuel, les histoires qu'on écrit, c'est bien, mais que rien ne vaut un vrai sourire, une vraie peau à toucher, enfin, la vie quoi ! Mais l'expérience des uns n'a jamais fait celle des autres...
    Eh ! Elle n'a pas d'e-mail la jeune femme qu'est partie ? Si oui, raconte lui une histoire, ça coute rien et ça peut faire penser...
    Sinon, y'a toujours la possibilité de se faire démaraboutisé, hein !
    Bonne nuit malgré tout !
    Alice b.
    5
    Mercredi 15 Février 2006 à 11:48
    j'ai prévu de conter aussi une histoire IR'elle... mais chut !.....
    6
    Dimanche 19 Février 2006 à 12:38

    Les aléas de la vie....Ou quand virtuel se mélange à réalité détournant les sentiments et les sensations. Nous avons certainement presque tous au fond de nous un idéal et nous nous perdons à l'imaginer, à l'espérer même. Les risques de se trouver devant un mur sont multipliés sur la toile, (quoi que... dans la réalité, les gens aussi usent de tromperie, d'espérance), et résultat, on se trouve là, planté. En tous cas tu racontes cela avec beaucoup de tact et de réalité, de plus tes dessins sont un réel délice. Très subjectif....


    Bien à toi.

    7
    Mercredi 22 Février 2006 à 23:52
    Sympa tes dessins : quelles sont tes sources d'inspiration?
    8
    Jeudi 23 Février 2006 à 10:37
    Bilal, un peu les mangas, même si ce n'est pas flagrant. François Boucq, aussi, (c'est un lillois comme moi!^^) pour son merveilleux travail à l'aquarelle... de façon général, j'aime les gens qui travaillent tout seul, sans coloriste à côté, ou autres assistants de production...
    pour la partie un peu plus caractérisé, je dirais sans être très original, les maître de l'heroic fantsay, Frazetta en tête...
    9
    Samedi 25 Février 2006 à 16:42
    J'aime particulièrement le dernier dessin :)).
    Il évite de tomber dans un travers cul-cul-la-praline malheureusement commun dès que l'on parle d'amour, quel qu'il soit ;).
    Aaahhh le bonheur des liaisons imaginaires, les tromperies webbiennes, la galanterie et l'amour prude, so romantic.
    Enfin, pour ma part c'est pas mon truc, mais j'ai trouvé ton texte vraiment complet sur le sujet, et juste !
    10
    Samedi 25 Février 2006 à 19:08
    merci. tu me confirmes que je touche au but, et ça m'encourage à persévérer.
    11
    isa
    Dimanche 30 Avril 2006 à 21:08

    Et comment savoir où est la part de vérité et si elle est ressemblante ou pas a la réalité?^^
    Enfin, disons que jvais prendre le tout pour une fiction et jm'arrete là, plus simple nan? :P  ( juste comme sa jattends pas de reponse, 'ouff')
    Jolie histoire, jolis dessins, comme toujours.
    Tient juste à rajouter que le probleme à internet, bin c'est justement la distance. Au bout d'un certain temps, plus ou moins long, on arrete toujours de parler. C'est domage c'est sa donne un peu moins envie de parler. Je sens que jvais arreter de mettre des com' parsque sa finit toujour par un racontage de ma vie sur un blog qui n'est pas à moi^^

    12
    Jeudi 11 Mai 2006 à 19:07
    *sourit*

    ce sujet m'a interpellé... je me reconnais plutôt bien... comme j'ai veçu  pareil... (sauf que moi on s'est vu... on s'est aimé-déchiré... et je refais la même c**** ... enfin bref... ^^).

    C'est là qu'on voit que le roleplay ... ben c'est pas facile de bien dissocier de sa vie réelle.

    Je te fais un gros bisou parce que tu as l'air d'en avoir besoin... et parce que j'aime bien tes dessins... vraiement beaucoup.
    13
    Dimanche 13 Janvier 2008 à 09:48
    Qu'est-ce que tu écris bien dis donc. Que c'est joli! On se laisse transporter, tellement c'est bien écrit et rempli de sensibilité. Franchement, il ne te va pas du tout ton avatar!!! Euh... par contre, tu m'inquiètes un peu.. Mon p'tit mari joue à ce genre de jeu, et je sais qu'il y a une grognasse qui le suit partout, qui cherche des armures pour lui et tout et tout... et il m'a dit récemment qu'on pouvait se marier dans le jeu, que ça faisait des points ou des trucs comme ça.... Ce sera un NON catégorique et définitif!!! Je ne vais pas laisser une grognasse d'elfe ou de chamanh ou je ne sais quoi se marier avec MON mari!!! C'est mon guerrier à moi, na ^^ Bon, je ne sais pas si tu verras un jour ce commentaire, mais pas grave, je vais en mettre plein partout!! ^^
    14
    Dimanche 13 Janvier 2008 à 13:22
    tu sais si ça se trouve, la jolie grognasse virtuelle est en fait un mec...
    15
    eve ange de lit
    Jeudi 18 Avril 2013 à 16:37
    J'adore tes desseins. Par contre j'ai pas eu le courage de tout lire.
    Flemme, quand tu nous tiens !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :