• (237) Communication Breakdown

    Perplexe. Non, incrédule.

    -...Mais t'es où?
    -Sur... Une plage... Je sais pas où...
    -Qu'est-ce que tu fais à la plage?? Et à une heure pareille?
    -Je sais pas... J'me rappelle même pas comment j'suis arrivé là.
    -Tu te souviens au moins qu'on devait se voir ce soir?
    -Ah bon?
    -T'as fumé, picolé? Ou juste tu te fous de ma gueule?
    -Je me fous pas de toi! La dernière chose dont je me souviens avant de me retrouver ici, c'est de m'être couché dans mon lit, avec toi, après avoir rangé des cartons à la cave!
    -Des cartons? Ceux qu'on a rapporté de chez ton père? Mais Silvère, ça remonte à une semaine!...
    -Quoi?? Quel jour on est?!

    Pas incrédule, sidérée.
    Un dialogue de fou. Il ne se souvenait pas de m'avoir mise à la porte le week-end dernier. Il ne se souvenait pas de ce qu'il avait fait hier, ou les jours précédents. En fait, c'était comme s'il avait dormi pendant une semaine.

    Il avait l'air complètement largué, et je sentais au ton de sa voix qu'il commençait à paniquer. J'ai pris les choses en main. Déjà, trouver un point de repère autour de lui. Dans la nuit tombante, il a finit par identifier le cabanon de plage de mes parents. Mais qu'est-ce qu'il était allé foutre là-bas?? Bien entendu, il ne savait pas non plus.

    -Ok, tu bouges pas de là, j'arrive!
    -Est-ce que j'ai vraiment le choix? a-t-il dit d'un ton amer.
    J'ai raccroché, et je me suis mise en route. Pas assez de forfait pour une dispute au téléphone.

    Adieu la soirée sexy.
    Bordel, ça valait le coup de passer l'après-midi à me pomponner pour lui!

    Deux heures plus tard, j'étais sur place. Il s'est planté dans le faisceau des phares en agitant les bras comme un naufragé.
    -J'ai eu peur que tu viennes pas, dit-il en bouclant la ceinture de sécurité.
    -Bonjour la confiance...
    Il a ouvert la boîte à gant et s'est emparé de mon paquet de cigarettes. Il grelottait. Ses mains tremblaient en tenant l'allume-cigare et la clope.

    -Je croyais que tu essayais d'arrêter de fumer?
    -J'vois pas de quoi tu parles
    a-t-il rétorqué sans un regard.
    Il n'a plus dit un mot de tout le trajet.
    Il n'en a pas dit davantage une fois de retour à son appart.

    Aïna, par contre, après une minute d'hésitation, s'est mise à miauler et se frotter contre lui comme s'il avait été absent pendant des jours. Silvère s'est assis sur le canapé, caressant machinalement le chat qui ronronnait bruyamment sur ses genoux.

    À mon tour j'ai allumé une clope. Je faisais les cent pas devant le canapé. Silvère, lui,  ne bougeait pas.

    Les yeux rivés sur le parquet, il ne voyait ni mon décolleté, ni mon string en dentelle sous la mini-minijupe que j'avais du enfiler en apnée.
    Je me suis sentie lasse. Lasse, inutile, et triste de le voir si enfermé en lui-même. J'ai remis mon manteau, et je me suis plantée devant lui.

    -Je rentre chez moi. Je viens de me taper quatre heures de bagnole pour te rapatrier, j'suis vannée. Je comprends pas ce qui t'arrive et visiblement t'as pas envie d'en parler, mais j'en ai marre de devoir te tirer les vers du nez. À plus.

    Et au moment où je me tournais vers la porte, il a saisi ma main, l'a couverte de baisers. Il tremblait à nouveau. Non, il ne tremblait pas, il sanglotait en silence. Je me suis assise à côté de lui, et il s'est effondré sur moi en murmurant "Me laisse pas, me laisse pas..."


    Des fois, je donnerais cher pour savoir ce qui se passe sous son crâne de piaf.

    suivant.jpg

    « Les 23h de la BD(238) Mémoire collective »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 20 Avril 2012 à 09:43
    ce texte est émouvant. tu as raison : les images sont inutiles ici. Ton Silvère me touche.
    2
    Vendredi 20 Avril 2012 à 09:56

    moi aussi ^^

    3
    Vendredi 20 Avril 2012 à 09:56

    merci :)

    4
    Vendredi 20 Avril 2012 à 19:18

    j'ai des préoccupations irl beaucoup plus importantes que le blog ces temps-ci. ceci explique sans doute cela.

    5
    Vendredi 20 Avril 2012 à 19:51
    un nouveau chapitre !!! et qui plus est un excellent chapitre... merci de nous avoir consacré un peu de ton temps pour nous pondre la suite :)
    6
    Vendredi 20 Avril 2012 à 20:33

    oué, je ralentis, mais je n'abandonne pas^^

    7
    Samedi 21 Avril 2012 à 00:02
    je comprend tout à fait et je pense que tes autres lecteurs aussi Riff' :) tu es seulement victime de ton succes, avec une horde de fideles affamés qui te pressent de pondre la suite de ton histoire.. moi la premiere x)
    mais l'attente à du bon aussi, j'ai peur qu'un jour l'histoire trouves une fin. Je ne suis pas pressée ;)
    8
    Samedi 21 Avril 2012 à 00:29

    ben moi en quelques sortes je suis "pressé" de finir, parce que arriver à boucler cette histoire représente un accomplissement que j'espère atteindre depuis longtemps, bien plus longtemps que la création de ce blog... cela dit, je ne compte pas bâcler la fin, j'ai encore plein de choses à dire, à montrer!

    9
    Samedi 21 Avril 2012 à 00:44
    j'espère bien ! je suis Ysckemia depuis le début (sisi, l'air de rien, j'étais la ^^) et jamais je ne me suis ennuyée. j'ai souvent pensé qu'il y avais matière à faire un livre avec, ou quelque chose du genre.
    Soit, en toute fan égoïste que je suis, je voudrais naïvement que cette histoire soit éternelle :)
    Quoi qu'il en soit tu as du talent. On serait pas tous la a attendre l'écume aux babines sinon ;)
    bonne nuit à toi et à bientot !
    10
    Samedi 21 Avril 2012 à 10:52

    à plus pour le prochain épisode :)

    11
    Samedi 21 Avril 2012 à 19:04
    Ohhhh.... il était sur une vraie plage, et pas coincé dans un univers onirique... flûte.
    12
    Samedi 21 Avril 2012 à 21:39

    les deux mon général^^

    13
    Samedi 21 Avril 2012 à 22:42
    Enfoiré. Quel talent d'écriture. (Oui, je suis jaloux, et alors ?)
    14
    Dimanche 22 Avril 2012 à 00:20

    arrête, je vais rougir... (hé ben voilà, trop tard)

    15
    Jeudi 26 Avril 2012 à 19:51

    Jen aussi elle sait plus trop à quoi s'en tenir^^

    16
    Jeudi 26 Avril 2012 à 23:23

    certes!^^

    17
    Vendredi 27 Avril 2012 à 09:32
    Rhaaaaa...J'ai beau relire la phrase, impossible de savoir si c'est le string ou la minijupe qu'elle a enfilé en apnée... En même temps je suis pas sûr que ça ai une importance capitale dans le scénario...
    18
    Samedi 28 Avril 2012 à 20:10

    à la rigueur si je supprimer le "du", je pourrais écrire "enfilée", et ce serait plus clair.
    à l'origine, j'avais pensé à "minijupe appel au viol", mais on m'a dit que ce serait mal perçu, ou pas cohérent avec le monologue de Jennyfer, du coup j'ai édulcoré.

    cela dit tu as raison, c'est pas capital. néanmoins c'est généralement sur des détails à la con que je sèche le plus longtemps XD

    19
    Lundi 30 Avril 2012 à 13:33
    ça pour un choc ! Personne ne comprend plus rien, la position de lecteur est drôlement confortable dans ton histoire :p
    20
    Lundi 30 Avril 2012 à 14:47

    huhu ^^

    21
    anelor
    Jeudi 18 Avril 2013 à 16:16
    j'ai hâte de voir comment tout ça va se résoudre...
    22
    Edwige
    Jeudi 18 Avril 2013 à 16:16
    Rah mais ça n'avance jamais! C'est frustrant!!!
    23
    Chairapate
    Jeudi 18 Avril 2013 à 16:16
    Oh, l'histoire n'est pas contée par Silvère... C'est super bien joué, ça renforce encore plus le fait qu'il soit complètement paumé, ce n'est pas lui qui décrit l'action, il est totalement à la masse... Génial ^^
    24
    Chairapate
    Jeudi 18 Avril 2013 à 16:16
    Oui mais Jen elle a pas trop l'impression de devenir folle avec des trous de mémoire d'une semaine xD
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :