• (229) Intérimaire

    Oui, c'est bien cette nuit-là que pour la première fois, j'ai eu conscience d'exister, indépendamment de Silvère.

    Amour a déplié le canapé-lit, bordé Silvère, lui a caressé le front jusqu'à ce qu'il arrête de pleurer et s'endorme...

    Le lendemain, Silvère avait tout oublié, ou presque. J'y étais pour quelque chose, mais l'alcool avait fait le plus gros du travail. Amour était toujours là. Ile n'a rien dit concernant la tentative de suicide, ni à propos de moi. Sans doute par crainte de lui remettre une mauvaise idée en tête, ou simplement de ne pas être cru... Quant à Silvère il était très mal à l'aise, après avoir découvert cellui qu'il avait pris pour une femme, debout devant la cuvette des toilettes...

    À tel point que j'ai du à nouveau intervenir. Mais plus insidieusement cette fois.

    Comme une couche de feutre, j'ai amorti sa colère, ses émotions, ses réactions, du mieux que j'ai pu.
    Après tout, Amour m'avait sauvé la vie, à moi aussi. Je lui devais bien ça.

    Et j'ai recommencé chaque fois qu'ile repassait prendre des nouvelles. Aussi longtemps que j'ai pu.
    Silvère était très amoureux de Lise. Affaibli par la perte soudaine de la femme de sa vie, il était facile à manipuler. Bien-sûr il a fini par s'en remettre. Je ne pouvais plus lutter contre sa volonté.

    De toutes façons...
    Je ne peux pas vivre sa vie à sa place.
    Et c'est pourtant exactement ce que je suis obligée de faire.

    Voilà quatre jours que je le remplace au quotidien. Jennyfer appelle tous les jours, j'essaie de repousser nos retrouvailles par toutes les excuses possibles, mais elle s'impatiente. Le chat continue à me regarder de travers, je crois qu'il est le seul à comprendre vraiment ce qui se passe, heureusement que les animaux ne parlent pas.
    Au travail, ça va. Personne ne me pose de question, tant que j'arrive à l'heure et que je contente les joueurs.

    Et pour le moment, aucune manifestation de "l'autre".
    Je ne sais pas si je redoute ou si j'espère qu'elle vienne à moi.
    Je voudrais démasquer l'imposteur, lui crier que c'est moi la vraie Aïna, et lui demander de laisser enfin Silvère tranquille.
    Elle ne se rend pas compte de ce qu'elle pourrait provoquer. Ou peut-être le sait-elle, justement? Je préfère ne pas y penser.


    suivant.jpg

    (pour rappel : http://ysckemia.over-blog.com/article-3111931.html)

    « (228) Ladies Night (fin)Maudits mangas »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 23 Novembre 2011 à 11:27
    HA!!! JE LE SAVAIS!!!

    (par contre, je pensais que l'autre serait un homme - je ne sais pas très bien pourquoi)(mais peut-être Aïna elle-même ne sait-elle pas exactement qui est l'autre)
    2
    Mercredi 23 Novembre 2011 à 12:22

    mdr, oh oui tu le savais, et ceux qui doutent de ton astuce peuvent aller relire ton précédent commentaire, que j'ai validé!^^

    3
    Mercredi 23 Novembre 2011 à 14:44
    Alors moi par contre j'avais rien capté!!
    4
    Mercredi 23 Novembre 2011 à 16:53

    c'est pourtant pas faute d'avoir laissé des indices! XD

    5
    Mercredi 23 Novembre 2011 à 16:56
    La subtilité c'est pas mon truc lol

    Mais à présent je vais guetter ;o)
    6
    Vendredi 25 Novembre 2011 à 23:20
    Que ça se complique. 2 Aïnas? l'une gentille l'autre démoniaque?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :