• (26) à louer (ancienne version)


     

    J'aime pas courir sous l'averse mais je suis vraiment trop pressé d'arriver... Vivement que je sois chez moi...
    Tant qu'à être mouillé, je préfère l'être dans une baignoire remplie d'eau chaude.
    Le journal qui me couvre la tête fond et se déchire au bout de quelques minutes. Pour un peu je me sentirais presque dans le même état, ramolli, groggy par le froid et la pluie.

    Mes cheveux sont plaqués sur mon front, et derrière ils dégouttent dans mon col, un frisson me traverse.

    Mes pieds sont noyés dans mes chaussures, elles font un bruit spongieux des plus infâme.

    Enfin ma rue est en vue, je vais pouvoir me faire une soirée pizza micro-onde et cocooning peinard. Si Yuriko appelle, je fais le mort.




    Qu'est-ce que c'est que ce gus? 





    Et ils m'emboîtent le pas. 
    J'aime pas qu'on me suive. Dans un escalier ou ailleurs, j'aime pas qu'on marche à proximité derrière moi comme si on me surveillait.

    Le battement de la puie devient un chuintement feutré, une fois dans la cage d'escalier. Du troisième étage tombe le chant d'un violoncelle en répétition, et les bruits de la télé de la mère Drodowsky, qui est un peu sourde. 

    Sur le pallier du deuxième étage, je leur indique d'un geste vague la porte numéro sept, et le gars me remercie encore chaleureusement. Sa nana esquisse un geste, pour le sourire je le devine plus que je ne le vois à l'ombre de sa capuche. 

    Enfin à la maison. Je dépose tout sur le paillasson. Sac, chaussures, chaussettes et veste trempées. J'ouvre mon pantalon, je finis de l'enlever dans la salle de bain, je sort une serviette et m'emballe la tête dedans. Je met en route le chauffage électrique. Je m'assois sur le trône, j'ouvre un vieux Mad Movies. 

    J'entend dans l'appart à côté les visiteurs qui parlent. Leurs voix sont amplifiées par la vacuité des pièces, mais je ne peux pas saisir les mots. Ils sont dans la chambre je crois. 
    Cet appartement, ça fait tellement longtemps qu'il est vide, que je me souvenais à peine qu'il existait.... Dans la salle de bain voisine, j'entend une voix féminine qui rit d'une voix claire.
    Au bout de quelques minutes, je crois percevoir des bruits étranges..

    Des soupirs, des petits gémissements. 

    Mais... Mais ils baisent?!!

    Faut que je fasse du bruit!! 
    Je remonte mon caleçon en urgence, vite, réveiller l'ordi et le son 5.1 pour passer du grind core, du Strapping Young Lad, du Sepultura, histoire de les effrayer. Volume à fond.
    Mais au moment où j'explore mes dossiers musique, mon ordi me lâche. Plantage.
    Mon vieux poste à cassette, au moins, ne m'a jamais laissé tomber...

    Dans la salle de bain, les bruits s'estompent. J'ouvre les robinets pour couvrir les derniers soupirs. 

    Quand j'y pense, ça m'emballe pas des masses d'avoir des voisins. J'aime ma tranquillité, ça fait des années que cet appart n'était plus loué. Faudra que je pense à être plus inquiétant et désagréable la prochaine fois que des visiteurs passent. Genre : 
    -Le quartier est pas très sûr, quand la nuit tombe, en tout cas vaut mieux avoir un garage si on a une bagnole... Ya des mecs qui dealent au coin de la rue, aussi..