• (13) Amour (ancienne version)

    Mon pauvre gros, si tu savais....

    Il était une fois, dans une secte prêchant l'avènement des extra-terrestres, un jeune couple d'illuminés qui eut un enfant. Ils l'appelèrent Amour. C'était un bébé en bonne santé, mais qui possédait une particularité physique hors du commun. Ile était intersexe.

    À l'époque, dans une famille normale, ile aurait été opéré, pour devenir un garçon ou une fille conforme aux exigences de la société.
    Or, Amour n'était pas né dans une une maternité, mais dans un hameau habité par une communauté de néo hippies adorant les aliens.

    Au sein de la secte, on cria au prodige!! Un Signe du ciel, assurément. Et pendant une dizaine d'années, l'enfant fut rebaptisé d'un nom bien extra-terrestre, traité comme l'Elu, le nouveau Messie... Amour ne comprenait pas bien pourquoi il devait participer à toutes ces cérémonies bizarres; mais tout le monde était à ses petits soins, le choyait, réalisait le moindre de ses caprices.

    Là où ça se complique, c'est vers ses treize ans, lorsque la secte fut démantelée, pour divers abus de confiance, escroqueries, les enfants non déclarés à l'Etat civil...

    Amour fut séparé de ses parents et placé à la DDASS. Et c'est là, qu'ile découvrit que papa et maman l'avaient trahi, qu'ile n'était pas un demi-dieu, et même pire en fait, ile était un monstre.

    De son adolescence, je ne connais pas grand chose. Je sais qu'elle fut trouble, violente, haineuse, de fugue en famille d'accueil... Ile tenu bon jusqu'à ses dix-huit ans, puis trouva un foyer plus proche de sa nature sous un drapeau arc-en-ciel...
    Amour y trouva son équilibre, une famille d'amis, un boulot, un pseudo pour camoufler son stupide prénom.
    Et depuis aussi, ile voue une aversion profonde à tout ce qui ressemble de près ou de loin à une religion.

    Comment je l'ai rencontré? Je préférerais oublier... d'ailleurs, j'ai oublié en partie... C'est flou... C'était  le soir où Lise m'a quitté...


    Le lendemain, me suis réveillé avec une méchante gueule de bois... J'avais l'impression de ne pas être seul aussi...

     






          m'a-t-ile dit en remballant nonchalament son engin .... argh...


    Ile me jure qu'il ne s'est rien passé, que j'étais trop bourré. Que j'ellui ai pleuré dessus une partie de la nuit. Je me demande si c'est cette version-là qu'ile a raconté à ses petits potes de la boîte gay où je m'étais égaré...


    Je ne sais pas pourquoi ile continue à frapper à ma porte. Au début ile venait souvent prendre des nouvelles... Cet enfoiré trouvait je ne sais comment le moyen de me faire parler de moi même... Et quand je ne disais rien, ile me racontait sa vie... Comme si ça m'intéressait.
    J'ellui ai défendu de revenir chez moi. Je l'ai menacé de lui casser la figure, de porter plainte pour harcèlement... Parfois je trouve encore dans ma boîte aux lettres un petit mot griffonné sur une page de carnet, où ile me demande comment je vais... Avec toujours son numéro de téléphone. Je ne l'appelle jamais bien sûr.
    Qu'est ce que j'en ai à foutre, d'ellui?!